accueil

accueil

Publié le : 02/07/2013  |  modifié le : 02/07/2013 

Le maire demande au Grand-Lyon de désenclaver le Mas

A la veille de signer les derniers engagements pour le renouvellement urbain, Bernard Genin fait appel au Grand-Lyon pour formaliser par écrit le désenclavement du Mas du Taureau, ainsi que la présence de lignes fortes de transports en commun.

LA PREMIÈRE PHASE de rénovation urbaine du Mas du Taureau, engagée depuis 2005, se terminera par la signature d’un quatrième avenant, le 11 juillet avec l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru). Un avenant-clé pour l’avenir de la ville puis- qu’il concerne le financement de l’étude de la maison de quartier du Mas, la Zone d’aménagement concertée (Zac) du centre ville, celle du Mas, l’école René-Beauverie, le relogement au Mont-Cindre et Mont-Gerbier ainsi que les aménagements transitoires au Pré de l’Herpe. Il devrait permettre à la Ville d’obtenir plus de huit millions d’euros pour engager ces réalisations. A la veille de cette réunion primordiale avec l’Anru, le maire réitère sa demande déjà exprimée au président du Grand-Lyon, Gérard Collomb : “Il ne pourra y avoir la densification souhaitée par le président du Grand-Lyon au Mas du Taureau, si nous n’avons pas la certitude que les transports en communs suivent”. Lors d’une réunion préparatoire mi-avril, le directeur de l’Anru, Pierre Sallenave, s’était associé à cette requête, regrettant qu’aucune étude concrète du prolongement du tram- wayT1–de la Doua au Mas du Taureau – n’ait été engagée. Il s’interrogeait aussi sur la position du Sytral (l’autorité organisatrice des transports en commun de l’agglomération), relative au désenclavement des quartiers du Mas du Taureau et de Villeurbanne Saint-Jean, dans le cadre du projet Grande île.

Lors de la rencontre du 11 juillet, le directeur de l’Anru ne manquera pas de demander des précisions sur le sujet à la Ville et au Grand-Lyon. C’est pourquoi le maire a sollicité, dans un courrier du 17 juin, un entretien avec le président du Grand-Lyon. S’il se satisfait de la mise en site propre du C3 à Villeurbanne et, ainsi, de l’amélioration à venir de cette ligne la plus fréquentée de l’agglomération, Bernard Genin demande que soit inscrit son passage en tramway et le prolonge- ment de la ligne T1. “D’après l’Anru, mettre en cohérence les objectifs de densification et de désenclavement du Mas du Taureau avec une offre de transport en commun adaptée et ambitieuse doit être plus clairement exprimé”, a pointé le premier magistrat dans sa lettre. Car le Grand Lyon comme le Sytral, traînent des pieds. Déjà au printemps, le Grand-Lyon avait annulé la réunion de concertation du Plan local d’urbanisme car la Ville lui demandait d’intégrer les transports en communs au document de présentation. Après discussion, les choses avancent peu à peu et la concertation devrait se tenir en septembre. Mais la Ville entend ne pas relâcher sa vigilance.
D’autant que la politique du gouvernement en matière de quartiers prioritaires inclut les transports en commun:“Dans le cadre de l’élaboration des prochains contrats de ville, l’Etat demandera aux préfets de solliciter les autorités organisatrices de transports urbains (comme le Sytral) pour intégrer un volet desserte des quartiers prioritaires dans les Plans de déplacements urbains”, reprend le maire dans son courrier qui insiste sur la nécessaire mobilisation du Sytral. Un effort de concertation qu’il juge “indispensable pour l’avenir de la ville et de ses habitants, qui méritent des quartiers rénovés et correctement desservis”.

R.C

3558 vues

Commentaires